Nous étions au procès du pédophile américain au tribunal de Marrakech


Rédigé Par | telquel | le Vendredi 4 Décembre 2015 à 11:13


A Marrakech, les témoins, adultes et enfants, racontent le procédé mis en place par un présumé pédophile américain.


Nous étions au procès du pédophile américain au tribunal de Marrakech
Une nouvelle audience a eu lieu ce 3 décembre au matin à la Cour d’appel de Marrakech dans l’affaire du présumé pédophile américain. Le jugement est reporté au 17 décembre, date à laquelle l’un des deux garçons victimes, avec qui l’homme a été pris en flagrant délit, est attendu.

Cette fois-ci, l’Américain âgé d’une soixantaine d’années, accompagné de son avocate et d’un interprète, a accepté de répondre au juge. Etait aussi présent un garçon de 11 ans, appelé en qualité de témoin et non de victime. Celui-ci a expliqué au magistrat que le présumé coupable « ouvrait sa porte et lançait des ‘ come on ‘ » pour attirer les enfants dans la maison qu’il louait dans le quartier de Hay Aarjane. Seddik Sougrati, le vendeur de bazar qui a dénoncé l’homme à la police, explique à Telquel.ma : « Il demandait aux enfants de venir, puis leur donnait des bonbons et des bisous, c’est là que j’ai compris qu’il avait un vice ». Toujours d’après ces témoins, l’homme avait aussi pour habitude de placer de l’argent dans l’escalier extérieur pour rémunérer les garçons.

De l’autre côté c’est un homme sûr de lui, droit dans ses bottes, qui s’est présenté au juge. L’accusé n’a, durant toute la séance, cessé de tout nier. A propos des photos « impudiques » d’enfants retrouvées sur son téléphone, il a tenté de minimiser : « Ce sont juste des images prises sur Internet », s’est-t-il défendu. « Il dément, c’est tout à fait normal, c’est toujours comme ça, mais cette fois-ci, nous avons des témoignages forts », commente, confiant, maître Rachid El Ghorfi, avocat de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) qui s’est portée partie civile. « Nous demandons la peine maximale », ajoute-t-il. En l’occurrence 20 ans de prison, d’après le Code pénal. 

Source



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Cet espace d’échange est un lieu où le respect d'autrui est primordial.
Les messages agressifs, moqueries gratuites, vulgarités, seront donc supprimés.
Toute allusion sexiste, homophobe ou raciste sera effacée.

kech | Pour Elle | Régions | Nation | Monde | Economie | Loisirs | Sport | Vidéos | Société | Faits-Divers