Liberté de la presse: Comment se portent les plumes du Maroc ?


Rédigé Par | Kech24-FR | le Vendredi 4 Mars 2016 à 12:00


Le nombre des jugements dans les affaires afférentes au secteur de la presse et de l’édition est passé de 56 en 2014 à 24 jugements en 2015.


Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, vient de dresser son bilan sur l’état des lieux de la presse marocaine. Son rapport de 2015 relève une «avancée» en termes de liberté, de diversité et d’indépendance de ce métier. Quelles sont les grandes tournures que la presse a vécues en 2015 ? Et quelles sont les limites du constat posé par la tutelle ? «L’année 2015 reste distinguée en matière de promotion de liberté et d’indépendance de la presse au Maroc et de renforcement de la pluralité et de la protection des journalistes», c’est ce qu’avait souligné, mercredi à Rabat, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi. Dans son argumentaire, ce dernier s’est appuyé sur un ensemble de nouveautés ayant alimenté le paysage médiatique  au cours de l’année écoulée. A commencer par l’adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi 13.88 sur la presse et l’édition, et l’adoption par le Parlement du projet de loi N°13.90 portant création du Conseil national de la presse et du projet de loi n°13.89 relatif au statut des journalistes professionnels.
Pour rappel, la dernière version du projet de code de la presse, datée de décembre et présentée actuellement devant le Parlement, a été saluée par de nombreux acteurs. Mustapha Khalfi avait même notifié dans l’une de ses déclarations à la presse «une avancée très importante sur la voie de la protection et de la consécration de la liberté de la presse», en relevant le point stipulant que le journaliste ne sera plus soumis à la contrainte par le corps s’il justifie son insolvabilité s’agissant du paiement d’amende ou de dédommagements. A ce propos, le ministre n’avait pas manqué de mentionner, mercredi dernier, les amendes modérées prononcées par les chambres spécialisées dans les affaires de presse au niveau de Casablanca et Rabat, rappelant que la justice «a opté pour l’imposition des amendes modérées dans des affaires de presse et d’édition, sauf dans des cas exceptionnels».
La Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) ne semble pas être du même avis. Elle indique que cette version «contient encore des dispositions régressives ou aggravantes, rendant ses inconvénients plus nombreux que ses avantages». La FMEJ avait notamment attiré l’attention sur une menace d’ordre économique, qui plane sur l’existence de la presse, qu’elle a résumée en «l’interdiction idéologique de la publicité d’institutions publiques dont les revenus profitent au gouvernement et l’imposition d’un tarif de publicité pour la presse électronique et écrite qui ne peut être révisé qu’une fois par an». Toutefois, et paradoxalement à ces contraintes, le rapport présenté par Mustapha Khalfi met la lumière sur l’initiative de mise en place d’un système d’aide à la presse. Il s’agit d’une augmentation du montant de soutien direct à ce secteur de 50%. Ces subventions passent, en effet, de 42 millions DH en 2012 à 60 millions en 2015.
S’agissant du lourd chantier de protection des journalistes. Khalfi a passé en revue les «exploits» en matière de garanties judiciaires à l’exercice de la liberté de presse. 2015 a, en effet, accusé une baisse du nombre des jugements dans les affaires afférentes au secteur de la presse et de l’édition. Ces derniers sont passés de 56 en 2014 à seulement 24 jugements en 2015, «dont 14 acquittements, annulations ou incompétences», précise-t-il. L’autre point parlant selon le ministre est que l’année précédente a été marquée par un recul notable des cas d’agressions contre les journalistes lors de l’exercice de leur métier, avec 6 cas seulement, contre 13 en 2013. Rassurant, il a également indiqué que «le nombre de journalistes disposant d’une carte de presse a atteint 2.600 en 2015 contre 2.100 en 2014, soit une hausse d’environ 20%», note le ministre. Fait qui constitue, techniquement, une protection professionnelle pour les détenteurs de ces cartes.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Cet espace d’échange est un lieu où le respect d'autrui est primordial.
Les messages agressifs, moqueries gratuites, vulgarités, seront donc supprimés.
Toute allusion sexiste, homophobe ou raciste sera effacée.

kech | Pour Elle | Régions | Nation | Monde | Economie | Loisirs | Sport | Vidéos | Société | Faits-Divers