Hygiène dentaire: Les Marocains fâchés avec leur brosse à dents !


Rédigé Par | Kech24-FR | le Vendredi 4 Mars 2016 à 12:30


La carie et les parodontopathies constituent les principales affections buccodentaires au Maroc.


Votre bouche est le miroir de votre santé. Une bonne hygiène bucco-dentaire influence notre état de santé  et, par conséquent, notre qualité de vie. Au Maroc, force est de constater que les Marocains négligent leur hygiène dentaire. Contacté par ALM, Dr Salaheddine El Otmani,   président du Conseil régional Sud de l’Ordre des médecins dentistes, affirme que «la majorité des Marocains ne prennent pas soin de leurs dents. Ils sont peu nombreux à consulter le dentiste. La carie dentaire touche plus de 81,8% des enfants de 12 ans, 86,67% des adolescents de 15 ans et 91,8 % des adultes entre 35 et 44 ans. L’indice CAO (ou nombre moyen des dents cariées, absentes, ou obturées) est de 4,82 chez les enfants de 12 ans, 5,54 chez les adolescents de 15 ans et de 14,87 chez les adultes entre 35 et 44 ans. Et lorsqu’ils y vont, c’est uniquement après des douleurs dentaires, des saignements ou autres maux dentaires». Une étude menée par Colgate en 2010 avait confirmé ce constat en  révélant  que plus de 30% des Marocains n’avaient jamais consulté un dentiste et moins de 5% vont voir un dentiste à titre préventif. Et pourtant,  les consultations chez le dentiste devraient avoir lieu tous les six mois. «Grâce à ces consultations régulières, il est plus facile de faire de la prévention et de dépister de façon précoce les problèmes qui pourraient survenir par la suite» signale Dr El Otmani.

1 dentifrice de 50 ml par an et par habitant

Au Maroc, la consommation des produits d’hygiène bucco-dentaire est de 1 dentifrice de 50 ml par an et par habitant et une brosse à dents par habitant tous les 4,5 ans. Un chiffre consternant lorsque l’on sait qu’une vieille brosse à dents n’est plus efficace pour enlever la plaque dentaire, pour agir dans les espaces interdentaires et risque de léser les tissus de soutien. Par comparaison, en France, la consommation moyenne est de 4,4 tubes de dentifrice par an  et 1,7 brosse à dents par personne et par an. Ce constat montre que bon nombre de Marocains continuent d’utiliser les méthodes traditionnelles de brossage, telles que le swak, le miswak ou se rincent tout simplement la bouche avec de l’eau.

1 médecin- dentiste pour 7.100 habitants

L’accès aux services dentaires reste très limité. Selon  les résultats de la dernière  enquête épidémiologique réalisée en 2012 par le ministère de la santé, on compte 1 médecin dentiste pour 7.100 habitants et un équipement dentaire pour 7.000 marocains. Le nombre de dentistes ne dépasse pas les 4.804 pour une population de 34 millions d’habitants. Il faut aussi relever que ces professionnels qui exercent essentiellement dans le secteur privé libéral sont concentrés dans les zones métropolitaines. Ils seraient ainsi 87%, soit 4.164 dentistes à opéré dans le privé contre seulement 460 dans le public.  Pour remédier à la pénurie des dentistes, le ministère de tutelle compte atteindre un ratio  de médecins dentistes de 1 pour 5000 habitants.

La carie touche 82% des enfants

La carie et les  parodontopathies constituent les principales affections buccodentaires au Maroc. Toujours selon les statistiques de l’enquête  du ministère de la santé, la carie dentaire touche plus de 81,8% des enfants de 12 ans, 86,67% des adolescents de 15 ans et 91,8% des adultes entre 35 et 44 ans. L’indice CAO (ou nombre moyen des dents cariées, absentes, ou obturées) est de 4,82 chez les enfants de 12 ans, 5,54 chez les adolescents de 15 ans et de 14,87 chez les adultes entre 35 et 44 ans. Autre chiffre alarmant : les parodontopathies affectent 43,2% des enfants de 12 ans, 59,7% des adolescents de 15 ans et 77,4% des adultes entre 35 et 44 ans.
A l’horizon 2025, le ministère de la santé compte réduire de 30% la prévalence de la carie dentaire chez les enfants de moins de 15 ans et diminuer de 40%  les cas de parodontopathies chez les moins de 15 ans.

Les complications

La dent est une porte d’entrée possible pour les bactéries, dès l’instant où il y a une lésion. Les infections dentaires peuvent donc provenir des gencives mais la plupart du temps, elles sont provoquées par une carie. Celle-ci se traduit par la destruction de différents tissus de la dent. Elle attaque l’émail et atteint ensuite la dentine. La dent devient alors sensible au chaud, au froid et au sucré. C’est donc le signal d’alerte qu’il faut aller  chez le dentiste.
Si vous ne le faites pas, les bactéries vont pénétrer à l’intérieur de la pulpe, ce qui peut entraîner une infection. Il faudra alors dévitaliser la dent, c’est-à-dire retirer tous les tissus vivants pour éviter que les bactéries ne se propagent. Dans des cas plus graves, les bactéries vont passer dans la circulation sanguine, via la pulpe dentaire, et provoquer des infections à distance sur d’autres organes. Non traitée,  la carie peut avoir des répercussions désastreuses sur les plans cardio-vasculaire, rénal, oculaire et même articulaire.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Cet espace d’échange est un lieu où le respect d'autrui est primordial.
Les messages agressifs, moqueries gratuites, vulgarités, seront donc supprimés.
Toute allusion sexiste, homophobe ou raciste sera effacée.

kech | Pour Elle | Régions | Nation | Monde | Economie | Loisirs | Sport | Vidéos | Société | Faits-Divers