COP22 au Maroc :"Marrakech écrira une autre page de l'histoire du climat", déclare à Paris Hakima El Haite, ministre de l'Environnement


Rédigé Par | usinenouvelle - kech24 | le Samedi 11 Juin 2016 à 01:15


Pour prolonger le succès de la COP21 à Paris à la COP22 à Marrakech, le Maroc multiplie les actions de sensibilisation. Adopter un plan d'action sur la base de la feuille de route pré2020 a fait partie des messages qu'a martelé Hakima El Haite de passage à Paris.


La COP22 en ligne de mire. Le Maroc se trouve devant le défi de poursuivre le succès de l'accord de Paris sur le climat entériné le 12 décembre 2015. Cinq mois avant la rencontre de Marrakech, Hakima El Haite a répondu le 9 juin dans l'après-midi aux questions des journalistes présents à l'ambassade du Maroc à deux pas de la Tour Eiffel à Paris.
La ministre marocaine de l'environnement a présenté l'année 2015 comme "une année exceptionnelle pour le climat, couronnée par l'accord de Paris qui a donné des dates de rendez-vous. Il s'agit maintenant de passer à la COP22 qui sera celle de l'action". Elle a rappelé que les énergies fossiles représentent environ 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si le monde veut limiter la hausse de la température en dessous de 2°C, il faut baisser rapidement cette part a-t-elle déclaré.
Les bases jetées à Paris ont permis de tracer lors de négociations intermédaires à Bonn en mai un agenda pour la période pré-2020 sur les trois concepts d’atténuation, d’adaptation et de financement. A Marrakech, "il faudra sortir une feuille de route sur qui va faire quoi, quand et comment d'ici 2020" a confirmé la ministre.
Au menu, selon elle, il y a donc le "renforcement des capacités", l'expertise, "le transfert de technologies de base"… auxquels il faut rajouter l'aide financière après 2020 comme autant de thématiques sur lesquelles la COP22 devra avancer.
Si 177 pays ont signé l’accord de Paris, 17 seulement  l'ont ratifié à ce jour. Or sa mise en application nécessite la ratification par 55 pays au moins, représentants au minimum de 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
Interpellée sur la ratification par Rabat de l'accord de Paris, Hakima El Haité a précisé que le Maroc était dans les dernières étapes de cette ratification  qui devrait être effective avant octobre . Elle a au passage souligné l'implication des parlementaires marocains dans le processus de défense du climat.
Concernant le mix énergétique du Maroc, et à côté des efforts du royaume dans les énergies renouvelables, Hakima El Haité a reconnu que le Maroc dont la production d'électricité repose en grande partie sur le charbon allait disposer en 2018 d'une nouvelle centrale à charbon géante à Safi mais qu'un surcoût important avait été consenti par ses promoteurs, les groupes Nareva, Engie et Mitsui pour lui permettre d'être moins polluante qu'une centrale classique.
"La Chine construit une centrale à charbon par semaine pour satisfaire ses besoins énergétiques" a également indiqué Hakima El Haité.
Quant à l'agenda 2016 du Maroc qui verra se téléscoper les élections législatives prévues le 7 octobre (et donc un changement de gouvernement) et la Cop22 à partir du 7 novembre, Hakima El Haité s'est voulue rassurante. Elle a précisé que tous les membres du comité d'organisation (qui comprend outre elle même le ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar mais aussi des hauts fonctionnaires), n'étaient pas concerné par cette échéance politique. Cela ne mettra pas cause le bon fonctionnement de la Cop22, a-t-elle assuré.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Cet espace d’échange est un lieu où le respect d'autrui est primordial.
Les messages agressifs, moqueries gratuites, vulgarités, seront donc supprimés.
Toute allusion sexiste, homophobe ou raciste sera effacée.

kech | Pour Elle | Régions | Nation | Monde | Economie | Loisirs | Sport | Vidéos | Société | Faits-Divers